Rendu de votre thèse professionnelle

Vous disposez d’un endroit dédié pour déposer votre thèse professionnelle, votre plan intérmédiaire, votre résumé, votre synthèse et toute annexe, de la première ébauche à la version finale :

Veuillez noter que vous pouvez joindre plusieurs documents, merci de leur donner un intitulé clair (resume_nom_prenom_entreprise_V1, these_nom_prenom_entreprise_V1).


La thèse professionnelle

Document consulté par le Jury, votre entreprise et l’équipe pédagogique de Ionis-STM. Indiquez si le document est confidentiel (pas de diffusion à d’autres acteurs).
Organisation typique de la thèse professionnelle :
  1. Introduction
  2. Positionnement de votre stage
    • Etude du secteur économique dans lequel s’est déroulé votre stage (description, acteurs, marchés, produits, orientations, rôle, etc)
    • Position de votre entreprise au sein de ce secteur économique (mission, segment de marché, produit, différentiateurs, stratégie)
    • Rôle de votre stage au sein de votre entreprise
  3. Présentation de votre stage
    • Objectifs du stage (entreprise, personnel)
    • Description du contexte précis du stage
    • Description du plan de route
    • Déroulement du stage
    • Réalisations effectuées
  4. Bilan du stage
    • Difficultés rencontrés et solutions apportées
    • Succès, bonnes pratiques et axes d’améliorations
    • Analyse critique du stage
    • Suggestions
    • Conclusions

Bachelor : 20 à 30 pages (hors annexes)

M1 – M2 – Intensifs : 40 à 60 pages (hors annexes)

PS : Vous n’êtes pas tenus de définir une problématique particulière pour votre stage. Toutefois, si la société le souhaite, nous n’y voyons évidemment aucun inconvénient.

 

Le résumé

  • 3 à 5 pages
  • Non-confidentiel (destiné à être diffusé aux étudiants de Ionis-STM)

La synthèse personnelle

3 à 5 pages. Document confidentiel consulté uniquement par l’équipe pédagogique de Ionis-STM.

Organisation typique de votre synthèse personnelle.

  • Votre CV actualisé
  • Etat de votre parcours scolaire et professionnel antérieur aux mastères
  • Mise en avant des principales connaissances et compétences acquises lors de la formation et pendant la période de stage
  • Mise en application des acquis de la formation dans votre mission en entreprise
  • Mise en évidence de vos points forts et vos points faibles au cours du stage.
  • Influence de ce stage dans la construction de votre projet professionnel activités et métiers rencontrés, échanges avec des professionnels, meilleure connaissance de soi en situation réelle, …)
  • Définition de votre plan de carrière à court et moyen terme.

______________________________________________________________________________________________________________________

Conseils pour la soutenance et la rédaction des rapports de stage :

La soutenance du stage que vous allez, ou avez, effectué comprend deux parties :

– une présentation orale soutenue par un diaporama, qui permettra d’apprécier votre capacité de synthèse, votre aisance à l’oral et l’attractivité de votre support visuel,

– un rapport écrit qui sera lu et corrigé attentivement après votre présentation et vous permettra de développer et d’illustrer les différentes composantes de votre stage.

Ce document qui nécessite un travail important de votre part, doit être particulièrement soigné car il préfigure la rédaction de dossiers, rapports ou autres comptes rendus que vous devrez effectuer durant votre vie professionnelle.

Voici quelques conseils, issus de la lecture de dizaines de dossiers présentés par les étudiants, pour vous aider à obtenir la meilleure notation en évitant certaines erreurs … qui coûtent cher.

 

1- La structure du rapport

Avant tout, n’oubliez pas que ce document est un rapport consacré à votre stage ainsi qu’à la manière dont vous l’avez vécu.

Ce qui va intéresser l’examinateur, ce sont surtout vos réalisations au cours du stage, les difficultés que vous avez du affronter, les initiatives que vous avez prises, votre analyse sur les améliorations qui pourraient être apportées, etc …

Cette partie traduira votre apprentissage du métier, des structures de l’entreprise et votre progression au fil des mois vers de plus en plus de professionnalisme.

S’il est indispensable de rappeler, en préalable, le contexte du marché, la problématique et présenter l’entreprise dans laquelle vous êtes intervenu(e), cette partie « descriptive », factuelle, ne doit pas dépasser 1/3 de votre dossier.

Attention ! Trop souvent, les étudiants ont tendance (par facilité souvent) à hypertrophier cette partie qui ne doit servir qu’à pouvoir apprécier le déroulé de votre stage dans la 2ème partie.

 

2- La présentation du rapport

Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un document « professionnel », que votre rapport ne doit pas chercher à être séduisant, attractif, agréable à lire voire même créatif !

Aussi, veillez à adopter un plan clair, de nombreuses illustrations ou photographies (notamment de vos réalisations dans la 2ème partie), si besoin des synthèses par chapitre.

Pour le rendre plus vivant, vous pouvez également insérer des verbatim, résultant d’interviews ou de remarques retenues de vos interlocuteurs.

Enfin, soignez la présentation physique et graphique du dossier : typographie, mise en page, couverture, propreté.

Attention ! N’oubliez pas que la forme du rapport influencera l’image que l’examinateur va se faire de votre travail ainsi que celle de votre personnalité professionnelle.

 

3- Le style et l’orthographe

Actuellement, certaines grandes entreprises sont obligées de mettre en place des cours d’orthographe et de grammaire pour leurs salariés ! Car, à travers l’écrit, c’est l’image même du collaborateur, voire de l’entreprise, qui sont impliquées en interne comme à l’externe.

Attention ! De nombreux rapports de stages sont gravement handicapés par de multiples fautes d’orthographe, de syntaxe, d’accords de verbes, etc…

Quelques suggestions vous permettront de ne pas être pénalisés :

– faites relire (plusieurs fois si nécessaire et/ou par plusieurs personnes) votre dossier avant de le remettre.

– faites des phrases courtes. Une partie des fautes provient de phrases trop longues, inutilement complexes et surchargées qui appellent les erreurs…

– ne multipliez pas les virgules. Erreur souvent observée dans la volonté de bien scander les phrases mais qui revient à les alourdir faussement.

– précisez les acronymes. Chaque profession utilise ses abréviations techniques, scientifiques ou commerciales. Aidez le lecteur, soit en explicitant leur signification soit en utilisant la dénomination complète.

– bannissez le langage parlé. Le rapport n’est pas un compte rendu oral ! C’est un document professionnel qui pourrait (dans le cadre d’une entreprise) être transmis à de nombreux interlocuteurs hiérarchiques. Il faut donc conserver un style plutôt réservé, un langage précis et rigoureux sans utiliser les approximations de la vie courante.

 

En conclusion, rappelez-vous ce qu’une grande Agence de publicité avait affiché dans ses couloirs : « Le bien est l’ennemi du mieux ! »